Le fonctionnement d’un turbocompresseur

Le turbocompresseur est un système qui permet aux véhicules à moteur essence et diesel d’être plus performants. Il leurs permet également de consommer moins de carburant et d’émettre moins de gaz polluants. Le turbo permet d’ailleurs d’augmenter la puissance d’une voiture de petite cylindrée. Ainsi, un moteur de 1,5 litre peut profiter de la même puissance qu’un modèle de 2,5 litres, voire 3 litres, grâce à un turbo.

 

equipment-3355908

Le fonctionnement du turbocompresseur est simple. Il se compose d’une turbine électrique à ailettes qui tourne sous l’effet de la vitesse d’expulsion des gaz d’échappement du moteur thermique. Cette turbine entraîne un compresseur via un axe. Le compresseur aspire et compresse une grande quantité d’air, lequel est ensuite dirigé vers le collecteur d’admission. Puis, l’air est injecté sous pression dans la chambre d’admission, grâce aux pistons.

Le turbo permet ainsi une suralimentation en air du moteur pour enrichir le mélange oxygène-carburant. Cela permet au moteur thermique de profiter d’une combustion plus efficace. Ce système nécessite aussi d’installer un intercooler pour refroidir l’air. En effet, comme tous les gaz, l’air a tendance à monter en température lorsqu’il est compressé. L’intercooler sert ainsi à éviter les surchauffes.

Est-ce risqué de mettre trop d’huile dans un moteur ? 

L’huile moteur joue un rôle de lubrification, de nettoyage et de refroidissement. Dans le cas d’un niveau ou d’une pression insuffisante, les pièces risquent une usure prématurée, pouvant même entraîner une casse moteur. Toutefois, un excès d’huile moteur engendre aussi de graves dommages.

Dans le cas des voitures diesel, cela peut notamment entraîner une auto-combustion durant laquelle le moteur tourne sur place à plein régime. Cette situation se caractérise par un emballement du moteur, une panne du turbocompresseur et un nuage de fumée blanche, et peut même provoquer un incendie. Par ailleurs, l’excédent d’huile du carter va s’échapper par le reniflard et se diriger vers le collecteur d’admission, le catalyseur et le filtre à particules pour encrasser ces derniers. Cela entraîne une baisse de la puissance, une émission élevée en gaz d’échappement toxique, une augmentation de la consommation en carburant, et peut même casser le turbo.

Pour tous les moteurs thermiques, un excès d’huile moteur engendre une surchauffe et une casse du turbocompresseur. De plus, un surplus d’huile tend aussi à déformer le vilebrequin et les bielles. En effet, le trop plein d’huile oppose une résistance mécanique aux pièces métalliques, lesquelles risquent de se déformer et d’engendre une casse du moteur. Une pression d’huile trop élevée fragilise aussi le carter et les joints spi, d’où des fuites d’huile qui peuvent atteindre l’embrayage ou les bougies d’allumage. Par ailleurs, un trop plein d’huile moteur peut aussi engendrer un manque de lubrification et une surchauffe pouvant aller jusqu’à la casse moteur.

Dans le cas d’un éventuel top plein d’huile, il peut être préférable de faire une vidange pour soulager les pièces mécaniques et éviter un grand nombre de dommages irréversibles pour le moteur.

 

filter-2337802

Quand changer le filtre à particules ? 

Le filtre à particules est conçu pour filtrer, emmagasiner et brûler les particules fines toxiques du gaz d’échappement. Il est sensible à l’usure et nécessite normalement un remplacement entre 80 000 km et 120 000 km pour les versions  additivées et à cordiérite. Cependant, les derniers modèles sont plus durables et nécessitent  un changement tous les 240 000 km. Les fap non additivés peuvent par contre durer autant que la voiture. Sur les longs trajets, le cycle de régénération a le temps de réaliser la combustion des particules filtrées. Par contre, la conduite urbaine et les courtes distances sont des facteurs d’usure prématurée de cette pièce, qui tend alors à s’encrasser rapidement à cause de l’accumulation de suie. 

 

Devenu obligatoire depuis 2011 pour réduire les émissions en gaz toxiques et en particules fines cancérigènes des véhicules diesel, le fap peut s’encrasser à cause de l’accumulation de moteur suie. La saturation de cette pièce d’échappement se caractérise par la perte de puissance du moteur, l’allumage du voyant fap, une fumée noire, une hausse du  niveau d’huile moteur ou une augmentation inhabituelle de la consommation en carburant.

Le filtre à particules permet d’assurer la longévité du moteur. Son usure peut entraîner de nombreux dommages. Lorsque le fap est trop encrassé, le cycle de régénération ne peut être effectué et il est alors nécessaire de réaliser une régénération forcée auprès d’un garagiste. Toutefois, cela réduit la durée de vie du filtre. D’ailleurs, dans certains cas, ce nettoyage n’est pas possible et il faut remplacer le fap endommagé.

 

Les points de vérification du train arrière d’une voiture 

Assurant directement le lien entre le châssis de la voiture et la route, le train arrière est l’axe transversal qui relie les deux roues arrière. Nommé également « essieu », son état influe sur la tenue de route du véhicule et le confort de conduite. Il est donc important d’assurer son bon état. En particulier, le train arrière doit être le plus silencieux possible. En effet, il ne doit émettre aucun bruit de claquement, de grincement ou de vrombissement. Par ailleurs, l’essieu ne doit pas non plus bouger ni glisser. 

Servant à donner la direction et la puissance motrice aux roues, le train arrière assure aussi le maintien de l’écartement entre les roues. D’ailleurs, il fait partie de la suspension de la voiture. Pour savoir si cet axe mécanique est bon état, il faut notamment se reporter à la tenue de route du véhicule. Ainsi, ce dernier ne doit pas dévier de sa trajectoire en cours de conduite. Un défaut de géométrie, une usure prématurée des pneus et une suspension usée sont aussi des signes d’usure du train arrière. Un jeu dans les bras indique aussi un défaut du train arrière.

Dans le cas où vous remarquez l’un de ces signes, nous vous conseillons de vous rendre auprès d’un garagiste pour éviter un éventuel accident de la route. Le train arrière d’une voiture est composé de 5 pièces co-dépendantes : la barre de traverse, les triangles de suspension, les bras de suspension, les roulements et les barres de torsion. Chacun de ces composants doit être vérifié. Pour réparer un essieu, des kits complets pour chaque roue sont disponibles pour le remplacement de l’essieu défectueux. 

Conclusion 

Les modèles de véhicules actuels sont conçus pour être durables, confortables, économiques, puissantes et écologiques. Toutefois, si vous voulez préserver les performances de votre voiture neuve, un entretien régulier et l’usage de produits de qualité est essentiel. Dans où vous détecter quelque chose d’inhabituel sur le fonctionnement de votre voiture, nous vous recommandons de rapidement prendre rendez-vous auprès d’un garagiste pour éviter d’éventuels dommages supplémentaires irréversibles et des coûts de remplacement onéreux.